+32(0)495 86 70 77 info@nathalie-lecomte.com
Sélectionner une page
Comment devenir plus audacieuse? (2) Et arrêter de dévorer les petits cochons roses!

Comment devenir plus audacieuse? (2) Et arrêter de dévorer les petits cochons roses!

Mais que raconte-t-elle, êtes-vous en train de penser ! Elle a picolé avant d’écrire son article ou quoi ?

Hé oui, je vous entends derrière mon écran d’ordinateur ! La magie de l’informatique Rassurez-vous, je n’ai bu qu’un verre de vin rosé en mangeant, enfin je crois ! Lol

Ceux qui ont lu mon premier article, savent de quoi je parle, eux ! Alors si vous voulez le savoir allez le lire et vous saurez vous aussi !

Etre plus audacieuse, j’en rêvais, il y a quelques années (trop, je vieillis !) maintenant, je le suis ! Je suis une vraie audacieuse, de celle que rien n’arrête, ni les tempêtes, ni le feu, ni les extraterrestres, ho là je dérape !                                                                        Bon j’avoue, j’exagère un tout petit peu. Mais une chose est certaine, c’est que je m’y entraîne à être audacieuse ! Ce n’est pas mon mari qui vous dira le contraire, il se cache les yeux chaque fois que je saute pieds joints dans un projet, pour pouvoir dormir la nuit sans s’angoisser !

COMMENT ETRE PLUS AUDACIEUSE?

Comme je vous l’ai dit plus tôt, il fut un temps où j’en rêvais. Maintenant, je ne rêve plus. J’ai beaucoup changé ces cinq dernières années, je dirais que je me suis transformée.                            J’ai troquée ma peau de petit oiseau fragile qui reste dans le confort isolé de son nid douillet mais quelque peu monotone, contre celle d’une panthère noire (mon animal totem mais cette histoire sera pour une autre fois). J’aime toujours retrouver le confort et la sécurité de mon foyer avec toutefois quelques aventures qui me permettent de vivre mes rêves.

Je ne peux dans cet article vous livrer tout mon cheminement qui fut rempli de parcours quelques fois agréables et doux et d’autres fois, disons, plus épiques et épineux. Il y a certains événements qui m’ont impactés et certains dont je n’ai plus qu’un vague souvenir. Je suppose que vu ma mémoire de poisson rouge (je ne veux pas vexer les défenseurs de la cause animale mais ce sont des preuves hautement scientifiques que j’avance suite à une étude menée par mes deux fils durant une période immense de 3 minutes au moins) il y en a aussi que j’ai totalement oublié.

Ou en étais-je…ah oui, je disais donc que j’avais survécu telle Robinson Crusoé, à un naufrage… Non ce n’est pas ça ! Ah oui, je disais donc que j’avais changé.

Je suis devenue l’audacieuse qui sommeillait en moi et je souhaite vous partager 3 astuces très simples mais tellement efficaces, croyez en mon expérience.

RELATIVISEZ

Définition du dictionnaire Larousse :

« Faire perdre à quelque chose son caractère absolu en le replaçant dans un ensemble, un contexte. »

C’est-à-dire : dédramatiser, prendre du recul, garder la tête sur les épaules !

C’est certain que si vous paniquez vous allez tout imaginer en bien plus compliqué que ce n’est ! Alors assoyez-vous !              Ça vous étonne que je vous dise de vous asseoir? Vous pensez à nouveau que j’ai forcé sur l’apéro ? Détrompez-vous, hic, je n’ai, hic, rien bu, hic ! Je rigole ! Hé oui, nous avons tendance à nous prendre bien trop au sérieux et de ce fait nous avons l’impression que si nous ratons une étape nous courons tout droit à la catastrophe, que dis-je à la fin du monde !

Oh, tout doux les amis, revenons les pieds sur terre et prenons du recul face à la situation qui nous préoccupe. Je vous propose de vous asseoir et de prendre du papier et un Bic (ou d’ouvrir votre bloc note sur votre smartphone 😉                      Et posez-vous les questions suivantes et accessoirement  répondez y :

  • Cette situation est-elle vraiment, vraiment plus difficile que celles que j’ai déjà pu vivre ou entreprendre ?

  • D’autres personnes que moi ont elles réussi à passer cette étape qui me fait peur ? Si oui sont-elles toujours vivantes ?

  • Qu’est-ce que je risque de perdre à ne pas essayer? Et qu’est-ce que je gagne si j’essaie et je réussis ?

Premièrement, de vous assoir et vous focaliser sur ces questions afin d’y répondre va vous permettre de ramener le calme en vous ; deuxièmement, les réponses vous permettront d’avoir une analyse, sommaire j’en conviens, mais qui vous permettra de dédramatiser et d’avoir le recul nécessaire afin de prendre une décision par rapport à une situation réelle et non plus démesurée.

 

Remettre cette situation à sa juste « proportion » vous aidera à être plus audacieuse.

SOYEZ OPTIMISTE

Voyez le verre à moitié plein plus tôt qu’à moitié vide.

Il est plus facile d’avancer sur le chemin de l’audace en étant optimiste et confiant qu’en se disant que de toute façon il y a beaucoup de chance pour que l’on n’y arrive pas ! 

Cela me rappelle d’avoir entendu un fils dire à sa maman (non non, ce n’était pas le mien !) après avoir eu une note un peu basse à un contrôle : «  wouaiii, d’toute façon j’savais qu’j’allais pas l’réussir s’contrôle ! »  Ah, là en effet, s’il écrit comme il parle, il avait peu de chance pour avoir la moyenne à ce contrôle de français! Mais je m’égare, en dehors de l’orthographe, ce qui ne l’a certainement pas aidé, c’est de se dire à l’avance qu’il n’y arriverait pas !

Imaginez-vous un seul instant qu’un sportif avant sa compétition se motive pour mettre toutes les chances de son côté en se répétant : «  Aller, Brice, tu ne vas pas y arriver, fais de ton mieux pour échouer ! »

Cela vous choquerait n’est-ce pas d’entendre un compétiteur dire ces mots ! Et pourtant, cela ne vous choque pas de vous dire avant de réaliser une action, un projet, « Pfff, ça va être super difficile, j’ai bien peur de ne pas m’en sortir et de tout rater. » Le pire, c’est que nous le faisons même sans nous en rendre compte.

Vous voulez devenir plus audacieuse ? Alors, veillez à la qualité de vos pensées et motivez-vous comme le ferait un sportif avant le départ. Vous allez voir la différence ! Vos bonnes notes vont grimper en flèche !

 

PASSEZ A L’ACTION

Mais justement, je n’ose pas, me direz-vous !

Hé bien j’ai une bonne nouvelle, je vous assure que c’est possible de passer à l’action même si l’on n’est pas encore « the super audacieuse ». 

Là où les personnes se mettent elles-mêmes dans l’impossibilité d’arriver à mener à bien l’action décidée, c’est qu’elles veulent faire des grosses actions dès le départ !

Pour reprendre l’exemple de mon beau sportif musclé et bronzé, oui oui, je vous l’avais pas dit mais il est canon ! Heu où en étais-je ?  Ah oui, pour reparler de la situation du sportif de tout à l’heure, si celui-ci voulait directement obtenir la médaille d’or aux jeux olympiques, croyez-vous qu’il y parviendrait ?  Sans entrainement, sans étapes intermédiaires? Non, notre sportif veut aller aux jeux olympiques, ok, c’est son but. Pour y arriver, il s’entraîne bien sûr mais surtout, il commence à remporter d’autres challenges d’envergure plus raisonnable ! Cela lui permet petit à petit de gravir sa montagne (l’atteinte de son but).

Cette façon de procéder lui apporte deux gains importants!      La première, c’est que en procédant par étapes raisonnables, il progresse vers son but sans se décourager !                                                                                                                                        La deuxième, c’est de pouvoir de cette façon, remporter des étapes, de les réussir ! Et cela, c’est 100% de la pure confiance en soi qui se développe.

Je vous invite donc, à décortiquer votre but en petites actions à faire pour le réaliser. Vous verrez, celui-ci apparaît dès lors beaucoup plus accessible et de ce fait cela fait moins peur ! On prend de l’assurance en réalisant ces petites étapes et on devient de plus en plus audacieuse !

J’espère sincèrement que ces différentes astuces vous permettront d’avancer sur votre chemin personnel de l’audace.

Dites-moi en commentaire, quel est votre but et la prochaine petite étape que vous allez mettre en place pour progresser vers celui-ci ?

 

Je vous souhaite une journée happy !

NATHALIE LECOMTE                                        

HAPPYpreneure

COMMENT DEVENIR PLUS AUDACIEUSE ? (1) “Reconnaître nos peurs”

COMMENT DEVENIR PLUS AUDACIEUSE ? (1) “Reconnaître nos peurs”

L’audace, cette petite «  impulsion »  qui nous pousse à oser passer à l’action même si celle-ci est quelque peu difficile voire franchement compliquée. Quelle entrepreneure (féminine ou nom d’ailleurs) ne rêve pas d’être audacieuse ? Aucune, car cette audace nous permettra d’avancer, de passer à l’action nécessaire à l’évolution de  notre business, à bouger nos belles fesses plutôt que de rester dans l’immobilisme tueur d’entreprise de nos jours. En effet, le monde bouge vite et c’est aussi le cas du monde de entrepreneuriat. Nous devons nous adapter à cette évolution constante des besoins et désirs de nos clients sous peine d’en payer le prix fort, l’arrêt de notre job d’entrepreneur !

Pourtant même en sachant tout cela, il n’est pas aisé d’oser être audacieuse !

HISTOIRES  D’AUDACE

JE CREE !

« Je n’y arriverais pas, je ne suis pas assez audacieuse ! »

Avez-vous déjà pensé ces mots ? Moi oui à maintes reprises !

Lorsque une idée me traversait l’esprit,  je m’allumais comme un sapin de Noël le 25 décembre. Je me disais que c’était une idée géniale, qu’elle était un peu folle mais tellement porteuse de nouveauté ! Je me créais des scénarii dans ma tête où mon projet était accepté, mis en avant, voir révolutionnaire ! J’étais fière de moi, mon cœur battait plus vite et mes épaules s’ouvraient bien droites et mon regard devenait perçant et décidé.

« Très bonne idée Nathalie, alors comment vois-tu la suite de ce flash mental exceptionnel ? » me dis-je. Eh bien, je vais d’abord laisser passer une nuit car la nuit porte conseil, c’est bien connu.

Ah oui mais voilà, je n’arrive pas à me sortir cette idée de la tête, je suis un peu comme présente de corps mais absente d’esprit durant le reste de la journée ! Mon mari me demande si je vais bien et les enfants râlent car ils doivent me répéter trois fois leurs questions avant que je comprenne et  réponde. Un état second mais dans lequel je me sens bien, je suis dans ma bulle !

Ma bulle de création. Quel divin sentiment, j’ai la sensation d’être comme Léonardo da Vinci, oui c’est ça, je crée ! Mon cerveau se remplit de petites idées qui complémentent ma grande idée et qui permettent à celle-ci de prendre forme de plus en plus et de devenir presque une réalité, en tout cas une vision claire. Je suis heureuse et je vais me coucher remplie d’espoir et d’enthousiasme.

 

JE DEVIENS FÉROCE

La nuit je rêve d’une concurrente dirais-je. Elle  vient pour me rencontrer et discuter de nos projets respectifs me dit-elle. Elle arrive avec les cheveux rose vif et un foulard avec des motifs en forme de petits cochons tout roses ! Je trouve ça comique mais je me contente de faire semblant de rien. Je luis propose une tasse de thé et l’envie me vient de verser du vinaigre dedans histoire de me venger  juste un petit peu ! Toujours à me piquer mes clients ou à avoir des idées avant moi, qu’elle m’énerve celle-là avec ses faux airs de gentillesse !  Là, je vois dans le miroir qui me renvoie son reflet qu’elle regarde les feuilles éparses sur mon bureau. Flûte et zut, j’ai laissé toutes les questions, les idées qui me venaient lors de mon « illumination », la naissance de THE IDEE à  portée du regard de cette pimbêche !  Et cette perchée du bocal avec ses cheveux fluorescents est en train de lire tout !  Là en un éclair, je me transforme en lionne et je lui saute dessus et je la dévore toute crue. Il n’en reste qu’un amas gluant et rose qui coule de ma gueule de lionne enragée et protectrice de son bébé, son IDEE !

Là, je me réveille en sueur, mon tee-shirt (la nuisette, c’est pour les filles qui n’osent pas dire qu’elles dorment en fait avec un bon vieux pyjama pratique dans lequel on est à son aise) et mon short de nuit trempés ! Purée, quel rêve de ouf, dire que je pensais ne pas avoir d’imagination et bien mon inconscient lui, il en a !

Cette nuit bizarre m’a remué l’estomac, peut être que ce sont les petits cochons roses sur son foulard que je ne digère pas !

Ce matin-là dans mon bureau, je regarde mes notes et je commence à mesurer l’ampleur de la tâche pour accomplir mon idée géniale, enfin géniale, peut-être.

 

JE DOUTE

Une horrible pensée me traverse l’esprit en un centième de seconde. Même si cela a été très vite, malheureusement, je l’ai bien capté cette pensée !  « Et, si je n’y arrivais pas ? » Ha merde alors, c’est vrai ça, j’aurais l’air de quoi ! En plus je risque de perdre du temps, de l’argent peut être.

Le doute s’était installé insidieusement. Il fallait que je sache ce que d’autres personnes en pensent !

Là mes collaborateurs trouvent l’idée simplement formidable, il faut juste de l’énergie pour la mettre en place et bien entendu un beau brin d’audace me dit l’un d’eux.

Hein, quoi de l’audace ! De l’audace, Mmm ça doit aller ça je dois bien en avoir un peu dans un tiroir !                                                                                                                Afin de valider mon idée, je décide aussi d’en parler à mon tendre amour et mes proches. Cela devient un peu plus compliqué, comment dirais-je ? Un peu plus ou un peu moins… ? Disons qu’il s’est montré, un peu beaucoup moins enthousiasme que mes collaborateurs !

 

LA TEMPETE

La nuit suivante, je me retrouve dans un bateau en pleine tempête avec un commandant qui hurle dans son parlophone et chose étonnante, il récite les phrases que m’ont dites mon mari et mes proches ! « T’es sûre de toi ? Tu crois que tu peux y arriver avec tes enfants et tout le boulot à la maison ? Comment tu vas faire si tu dois bosser encore plus pour mettre ce projet en place ? Et si cela ne rapporte rien ? Tu auras perdu ton temps et ton argent ! Tu crois vraiment avoir les épaules pour ce projet ? Tu te souviens quand tu n’es pas arrivée à mettre en place ces réunions si favorables à ton business ?  Après tu risques de faire un épuisement…. Je hurlais à mon tour et ma voix était couverte par le bruit du vent et des vagues qui ballottaient de droite à gauche ce bateau à me faire vomir.

A nouveau, je me réveille, pas en sueur cette fois mais avec une boule au ventre. Mais qu’est-ce que j’ai ?  Me demandais-je ? Ça doit être ce rêve insensé.

La journée du lendemain se passe et je ne parle plus trop de mon idée, je range mes feuilles dans le tiroir du haut de mon bureau. En me disant que mes proches ont peut-être raison, je n’ai sans doute pas les épaules.

J’ai toujours cette boule au ventre, je ne comprends pas ce que c’est, je ne me sens pas malade pourtant.                                                                                                          Le soir, mon mari me demande si j’ai réfléchi à notre discussion. Discussion ? J’ai plutôt eu le sentiment d’une exécution !  Mais quoi que ce soit, cet échange a eu des conséquences ! Maintenant, cette idée  ne me semble plus être si génialissime que ça !                                                                                                                                          Je réponds à mon époux  que  j’abandonne cette idée pour l’instant car je n’ai pas assez de temps à y consacrer. Mais réellement, je me dis : « purée, Nathalie ! C’est trop pour toi, tu n’es pas assez audacieuse pour mener à bien ce projet ! »  

Les jours passent, effacés par le train-train quotidien d’une femme qui n’a pas compris que son audace s’était retrouvée ensevelie sous une peur qui s’était emparée d’elle autant la nuit que le jour et lui donnait mal au ventre.

 

Qui a vécu le doute et le manque d’audace ?

J’espère ne pas vous avoir démoralisée avec mon histoire ! Ce n’est évidemment pas le but, je vous assure !

Il est certain que nous avons toutes des craintes, des peurs à affronter autant dans notre job que notre vie privée d’ailleurs. Nous les vivons plus ou moins bien suivant la situation, le moment mais aussi notre caractère, notre capacité à reconnaître et gérer celles-ci.

Aujourd’hui, je rêve toujours mais je ne dévore plus personne promis !

Enfin ! Je suis capable de savoir quand écouter mon entourage et quand être aussi sourde qu’une taupe. Je peux rester motivée et développer un projet, être audacieuse !

Si j’y suis parvenue, pourquoi pas vous ?

Dans la deuxième partie de cet article vous pouvez découvrir 3 techniques simples et puissantes pour vous mener vers l’audace !  Après avoir répondu à ma question en commentaire, cliquez ICI pour lire la deuxième partie de l’article.

 

Qu’est-ce qui vous empêche d’être plus audacieuse ?

Partagez moi vos réponses ci-dessous en commentaires, je serai heureuse de vous lire et vous répondre personnellement.

Je vous souhaite une journée happy !

 

 

NATHALIE LECOMTE                                        HAPPYpreneure